à bouillir

Artisanat ancien

La fabrication du savon est un métier extrêmement ancien.

Chez nous, en Europe, la fabrication de savon naturel est connue depuis le 8e siècle environ, car elle est arrivée dans le sud de l’Espagne avec l’influence d' »el-Andalus« .

Les musulmans ont envahi une grande partie de la péninsule ibérique à partir du 8e siècle et ont apporté en Europe non seulement l’art de la fabrication du savon, mais aussi des connaissances avancées et approfondies en médecine, mathématiques, astronomie, chimie, géographie, littérature, philosophie et musique.

Huile d’olive & lessive

Le savon naturel (DuschMödeli) vient fabriqué avec d’huile naturelle (huile d’olive) et de soude caustique.

Il y a deux types de fabrication : à chaud (procédé classique ) ou à froid (procédé moderne).

La différence réside dans le fait que dans la fabrication traditionnelle, la lessive et l’huile sont cuites (bouillies) dans des conditions contrôlées et sous l’effet de la chaleur.

Dans la méthode moderne à froid, l’huile est simplement mélangée à la lessive à température ambiante.

C’est rapide et beaucoup moins « salissant ».

Procédure moderne versus procédure classique

Dans la variante à froid, il faut attendre 4 à 6 semaines avant de pouvoir utiliser le savon, car c’est pendant cette période que se produit la réaction chimique entre la lessive et l’huile.

Dans le cas de la méthode de fabrication « classique« , à chaud, on pourrait utiliser le savon directement après l’ébullition.

Parfum

Si l’on travaille (comme moi) avec des huiles essentielles 100% naturelles et que le savon doit rester ouvert pendant 4 à 6 semaines (c’est pendant cette période que le processus de saponification a lieu), ce sont surtout les notes de tête qui se perdent.

C’est très dommage, car le parfum est la moitié de l’affaire.

Avec le procédé d’ébullition « classique », on peut emballer le savon après environ deux semaines. Et ainsi, les huiles essentielles sont conservées et le savon sent merveilleusement bon.

Doux

On prétend souvent que le procédé à froid est beaucoup plus doux que le procédé à chaud. Parce que les huiles naturelles sont mélangées à la lessive à température ambiante.

Or, il faut savoir que lors du mélange de l’huile et de la lessive, une « réaction exothermique » se produit. Les molécules d’huile et de lessive réagissent ensemble et il en résulte une brève chaleur (autour de 60°C). Dans le cas du procédé à chaud, on fait bouillir la masse de savon à une température de 60 à 80°C. Le « ménagement » consiste donc au mieux en une différence de température de 20°C. Et puis, il est également important de savoir que la grande majorité des huiles naturelles ne subissent des modifications moléculaires qu’à partir d’ une température de 90°C. Il n’est donc pas possible d’utiliser des huiles naturelles à des températures inférieures.

Savon ou savon ?

Les produits de douche et les lotions de lavage industriels sont principalement fabriqués à partir de différents dérivés du pétrole. D’un point de vue économique, l’utilisation de ces déchets de l’industrie pétrolière est certainement judicieuse.

Quant à savoir si les dérivés du pétrole sont également bénéfiques pour notre peau – notre plus grand organe – c’est une autre question. La majeure partie d’un savon industriel est composée de tensioactifs les plus divers. Le rôle d’un tensioactif est de créer une liaison entre l’eau et l’huile afin d’évacuer l’huile d’où qu’elle se trouve.

Dans le cas d’un savon, l’idée est de dissoudre le film gras sur notre peau et de l’éliminer.

Se nettoyer

Pourquoi veut-on se débarrasser de ce film ? On parle toujours du précieux manteau protecteur acide. Celui-ci est constitué de graisses produites par nos glandes sébacées et qui se diffusent lentement à la surface de la peau.

La peau d’un bébé a un pH d’environ 8.

Plus nous vieillissons, plus la surface de notre peau devient acide. En moyenne, on parle d’un pH de 5,5 chez un adulte.

Il existe différentes théories sur la question de savoir si les produits de nettoyage basiques ou acides sont optimaux pour nous.

Manteau protecteur acide

Le fait est que la poussière, les bactéries, les spores de champignons, etc. s’accumulent sur le film gras de notre peau et que nous avons de plus en plus l’impression de vouloir nous nettoyer, car cela commence parfois à nous démanger. C’est là que le tensioactif entre en jeu.

Surfactants – Tensioactifs

Un savon naturel est aussi un surfactant. Un surfactant doux. La combinaison de la lessive et de l’huile produit une réaction chimique et le résultat est un sel que nous appelons « savon ».

Il est important de laisser de l’huile libre dans le savon fini, qui nourrit notre peau – sinon nous l’épuisons.

Le savonnier parle dans ce contexte de « surgraissage« . Tous les produits DuschMödeli ont un surgraissage compris entre 9 et 10 %. La fonction d’un surfactant est de créer un pont entre deux solutions nonmiscibles (comme l’eau et la graisse).

Tensioactifs naturels

Il existe des agents de surface fabriqués à partir de matières premières naturelles. L’un des plus répandus est le tensioactif à base de sucre, par exemple l’alkylpolyglucoside (APG).

Les APG sont relativement bien biodégradables. Apparemment, ils présentent un faible potentiel de pollution de l’eau par rapport à d’autres tensioactifs, sont bien tolérés par la peau ; ils peuvent être utilisés pour de très nombreuses applications (aliments, cosmétiques, produits de nettoyage, etc.) et sont obtenus à partir de matières premières renouvelables (généralement à partir d’huile de coco et d’huile de palme… ce qui nécessite une discussion très nuancée).


Inconvénient : ils sont beaucoup plus chers que les tensioactifs synthétiques et c’est pourquoi ils sont aujourd’hui traités comme des produits de niche et de luxe.

L’utilisation de tensioactifs à base de sucre n’est pas si ancienne, car il n’existe que depuis quelques années des procédés peu coûteux et efficaces pour produire ces substances.

Tensioactifs synthétiques

Ceux-ci sont fabriqués à partir de dérivés du pétrole. Aujourd’hui, plus de 90% des agents de surface utilisés sont des agents de surface synthétiques, car ils sont beaucoup moins chers que les agents de surface dits « naturels ». La raison en est qu’ils sont fabriqués à partir de dérivés du pétrole (déchets de l’industrie pétrolière) peu coûteux et que toute l’industrie s’est focalisée sur cette fabrication.

Cette classe de tensioactifs a tendance à être moins bien tolérée par la peau et surtout, elle est peu biodégradable et parfois très polluante pour l’eau, voire très toxique.

Huile de palme

Pourquoi cette graisse végétale est-elle critiquée?

Parce qu’elle est produite et commercialisée dans des conditions qui ne sont pas acceptables.

Pourquoi les ventes de cette graisse ont-elles explosé au cours des 50 dernières années ?

Parce que les coûts réels ne sont pas du tout payés.

Le petit manteau vert

Qui en profite du côté de la production et de la transformation ? Les grands groupes dominent la production et la distribution de cette matière première de plus en plus importante.
Les grands groupes négocient de grandes quantités et disposent d’un énorme pouvoir demarché. Lorsque les choses se font à grande échelle, le respect de l’environnement diminue de manière exponentielle.
C’est un phénomène que l’on peut observer à maintes reprises. Et l' »engagement vert » sous forme d’accords et de certifications ne cesse d’augmenter en contrepartie.

Son travail

Les personnes qui vivent dans les zones de forêt vierge en Indonésie et en Malaisie (et depuis quelques années au Brésil & en Afrique) n’ont aucune chance contre ces entreprises et leurs méthodes de culture impitoyables .

Même si des emplois ont été créés, à quoi sert un emploi si le salaire suffit à peine pour survivre ? La plupart des emplois créés par l’huile de palme sont des emplois « working-poor« . Les animaux et les plantes n’ont absolument aucune possibilité de se défendre contre la destruction irréversible de leur base de vie.

Et le moteur derrière toute cette histoire, c’est nous, dans le « premier monde », avec notre consommation incroyablement élevée de tout.
Acheté rapidement.
Vite débarrassé.
Vite remplacé.
Pas apprécié.

Sans huile de palme

Depuis que je m’intéresse aux « cosmétiques naturels », j’ai développé le « tic » de vouloir comprendre tous les ingrédients.

Et je suis toujours étonnée de voir que l’ huile de palme , extrêmement bon marché (et donc très répandue), se trouve presque partout.

Même dans les magasins bio.

Pour mes DoucheMödeli, je mets de l’huile d’olive bio italienne dans le pot.


Je suis peut-être trop critique, mais j’ai l’impression que ce que l’on appelle le  » greenwashing », pour des raisons purement marketing, a la cote auprès des grandes entreprises en ce qui concerne « l’huile de palme durable »…

Agir concrètement

Il m’arrive d’agacer énormément mon entourage avec mes « leçons » sur « ce qu’il faut faire », « ce qu’il faut acheter » et surtout « ce qu’il ne faut pas acheter ».

Ma famille se fera un plaisir de vous chanter sa chanson lamentable à ce sujet…

MAIS les mots ne servent généralement pas à grand-chose.

Seuls les actes comptent.
Seuls les actes comptent.

Ce n’est qu’en changeant nos habitudes que nous pourrons changer les choses.
En ce qui concerne l ‘huile de palme, cela signifie pour moi :
éviter strictement tout produit contenant de l’huile de palme
éviter autant que possible d’acheter des aliments transformés (biscuits, gâteaux, pâtes, etc. – également à cause de l’emballage)
faire le plus possible de choses soi-même
– être toujours à la recherche de bonnes alternatives (les choses changent constamment)
– jeter moins souvent du linge dans le panier à linge

D’ailleurs : moins, c’est plus.
Ce n’est pas comme si mes mesures me faisaient sentir comme un putois.
Ce n’est certainement pas le cas…
Mais j’ai parfois l’air moins représentatif – mais c’est plutôt dû à ma paresse à m’habiller avec amour…

Moins, c’est plus

Les déchets sont un sujet que nous aimons éviter – c’est en tout cas ce qui m’arrive.
Je mets tout ce qui n’est pas recyclable dans le sac gris, je le dépose dans la rue le lundi et j’oublie.

Avant de commencer à collecter les plastiques séparément (dans un grand sac transparent), je pensais que je produisais en fait relativement peu de déchets plastiques.
Après avoir constaté avec effroi la rapidité avec laquelle le sac transparent s’est rempli de plastique, je me suis rendu compte que j’avais tort.

C’est incroyable.

Légendairement horrible.

Je me suis dit que ça ne pouvait pas continuer comme ça.

J’ai donc fait quelques recherches sur Internet et j’ai découvert qu’il y avait des gens qui ne produisaient VRAIMENT plus de déchets (pas seulement des déchets plastiques).
J’ai donc fait quelques recherches sur Internet et j’ai découvert qu’il y avait des gens qui ne produisaient VRAIMENT plus de déchets (pas seulement des déchets plastiques).

Le mot-clé est « zéro déchet « .